Hôtel de Ville de Tours

Réalisé sur les plans de l’architecte Victor Laloux qui réalisa également la gare dans la même ville, cet hôtel de ville impressionne !


Façade principale de l’hôtel de ville de Tours, vue de nuit.
Horloge de l’hôtel de ville
Écusson de la ville de Tours sur le côté de la mairie.
La lumière du soleil couchant hivernal sur l’hôtel de ville de Tours
DSCN5618
DSCN5619
DSCN5620
DSCN5621
DSCN5615
DSCN5613
DSCN5612
DSCN5610
DSCN5605
DSCN5606
DSCN5598
DSCN5597
DSCN5596
DSCN5595
DSCN5594
DSCN5587

Œuvre magnifique réalisée par l’architecte Victor Laloux, un Tourangeau, à qui l’on doit également la gare d’Orsay à Paris (devenue le fameux musée d’Orsay) et la gare de Tours, l’Hôtel de ville de Tours est construit à cheval sur la fin du XIXe siècle et le début du XXe en huit ans.

L’autorité républicaine transparait dans le côté imposant du bâtiment et par certaines des allégories de sa façade (celles de l’Éducation, de la vigilance par Alphonse-Amédée Cordonnier, du Courage et de la Force par Jean-Baptiste Hugues). Les autres multiples sculptures allégoriques ornant les différentes parties de la façade du bâtiment sont plus classiques dans leur thème et se contentent de souligner certains éléments dans leur fonction (Cariatides du jour et de la nuit autour de l’horloge par Émile Joseph Nestor Carlier et atlantes de François Sicard) et d’autres de simplement faire un rappel de la situation géographique de la ville (allégorie de la Loire et du Cher par Jean-Antoine Injalbert)).

Cette démonstration de force républicaine était loin d’être la seule à l’époque, on peut signaler aussi le cas de la tour de communication, près de la Basilique de Fourvière à Lyon, une sorte de compétition entre l’autorité religieuse et celle de l’état. Bref… Revenons à nos moutons, ou plutôt à notre bâtiment.

Quand on entre dans le bâtiment, on est en premier lieu dans une sorte de hall, assez simple, orné de quatre statues, dont celles du premier maire de Tours en 1462, Jean Briçonnet, de Jehan Fouquet, peintre Tourangeau et de Paul-Louis Courier, écrivain. Pour la quatrième statue, impossible de savoir la personnalité représentée, car une exposition artistique temporaire me la cachait en partie.

En quittant ce hall on entre dans le corps du bâtiment où se trouve l’escalier d’honneur, surplombé par un grand vide, qui fait dévisser les têtes pour regarder jusqu’en haut !

Une plaque à l’initiative des élèves de Victor Laloux le mettant à l’honneur est présente près de ce même grand escalier.

Enfin pour finir en ajoutant un mot sur les sculptures externes, Henri Varenne participa à la réalisation de toutes les autres ornementations et sculptures non faites par les sculpteurs mentionnés auparavant.

Par Michel Petit le 28/08/2012 dans les thèmes : , , et

Localisation

Coordonnées : 47.390549, 0.689144

Consulter sur Google Map

Consulter sur OpenStreetMap

Place Jean Jaurès
37000 Tours

Articles qui peuvent vous intéresser

Le nymphée du Séminaire Saint-Sulpice
Un des derniers nymphées subsistant en France se cache dans le jardin du séminaire Saint Sulpice à Issy-les-Moulineaux.

La Fontaine Médicis
D’un passé tumultueux la faisant passer du statut de grotte à celui de fontaine, en passant par un déménagement, cette œuvre monumentale est enfin en paix avec son bassin au Jardin du Luxembourg.

Tour de l’Horloge du Palais de la Cité
Toute fraiche restaurée, elle se dévoile enfin en totalité en retrouvant son horloge, la plus ancienne de Paris.