Le nymphée du Séminaire Saint-Sulpice

Un des derniers nymphées subsistant en France se cache dans le jardin du séminaire Saint Sulpice à Issy-les-Moulineaux.


DSCN5723
DSCN5726
Porte du Nymphée
DSCN5730
DSCN5727
DSCN5741
Un des coins du plafond du nymphée
DSCN5735
DSCN5742
DSCN5737

Ayant l’allure d’une petite cabane, voir même d’un simple abris de jardin, il se cache sous les arbres, juste à côté de la grande, l’imposante chapelle du Séminaire Saint-Sulpice restaurée récemment. Ce petit bâtiment, qui semble bien timide, à l’écart à la fois du jardin et du regard des visiteurs est un nymphée.

Ce lieu ayant purement une vocation d’agrément surprend par sa présence dans ce séminaire, mais est logique quand on pense à l’origine de l’ensemble, construit par Marguerite de Valois, qui n’était pas prévu pour être un séminaire au départ.

Ma découverte de ce nymphée s’est faire après ma visite de la grande chapelle, en sortant, sur la gauche, on voit sous un des arbres cette petite construction. Il faut contourner l’arbre pour parvenir face à la petite entrée en bas de quelques marches. Constituée d’une porte en fer forgé, elle constitue la seule issue.

Une fois cette porte franchie, il faut encore descendre quelques marches pour arriver au sol du nymphée. En milieu de journée, on a la chance d’avoir la lumière du soleil qui pénètre par le porte donnant sur le sud, ce qui permet de bien éclairer cet endroit qui serait bien sombre sinon, uniquement constitué de petites ouvertures en demi-lune.

Une fois dans la pièce, ce qui fait face à nous est une sorte d’autel, sur lequel figure une inscription en latin que je vous transcris ci-dessous.

Hanc in ædiculam convenere Bossuetius et Fenelonius qui cum Jll. ac Rev. D. D. Noallio Catalaun Episcopo et D. Tronson seminarii Sti Sulpicii superiores in XXXIV de vita ascetica articulos consenserunt. Anno MDCXCV

Mes vagues connaissances en latin semblent montrer que cette plaque commémore les débats réalisés entre Bossuet, Fénelon, le Cardinal de Noaille et M. Tronson sur le quiétisme. En réalité, Fénelon n’a été invité qu’à la fin et a été obligé d’accepter les propositions faites. Ceci est toute une histoire qui dépasse le cadre de ce modeste article. Par ailleurs, la petitesse des lieux et l’humidité semblent peu propice à ce genre de réunion, les différentes conférences d’Issy se sont plutôt déroulées au sein du Séminaire.

Voilà pour cette rapide présentation historique et reprenons l’observation des lieux. Un détail frappe par son absence : ce nymphée ne comporte aucune fontaine. En fait la fontaine n’existe plus, mais au sol, son tracé est visible, de teinte clair, il se détache bien et révèle le contour de la structure disparue.

Le plafond est lui constitué de coquillages et de pierres formant des motifs que l’on peut qualifier d’enfantins, représentant sirènes à deux queues et oiseaux marins. Chaque pan soutenant le plafond fait écho à celui qui lui fait face en reprenant ses motifs. Chacun porte en son milieu le motif d’une sirène, dans une sorte de médaillon, avec de chaque côté un médaillon contenant un oiseau. Sous ces pans, trois mascarons sont insérés, toujours constitués des mêmes matériaux.

En plus de l’aspect granuleux donné par l’utilisation de ces matériaux, une attention particulière s’est porté aussi sur les teintes, ainsi, trois couleurs différentes permettent la création de motifs géométriques. Des tons bleus, gris et bruns donnent donc une dynamique supplémentaire aux décorations du haut de cette petite salle.

Si vous souhaitez découvrir ce petit nymphée, il vous faudra vous armer de patience, car le séminaire ne s’ouvre aux visites que lors des journées du patrimoine.

Par Michel Petit le 28/10/2012 dans les thèmes : et

Localisation

Coordonnées : 48.825214, 2.277967

Consulter sur Google Map

Consulter sur OpenStreetMap

33 Rue du Général Leclerc
92130 Issy-les-Moulineaux

Articles qui peuvent vous intéresser

La Fontaine Médicis
D’un passé tumultueux la faisant passer du statut de grotte à celui de fontaine, en passant par un déménagement, cette œuvre monumentale est enfin en paix avec son bassin au Jardin du Luxembourg.

Tour de l’Horloge du Palais de la Cité
Toute fraiche restaurée, elle se dévoile enfin en totalité en retrouvant son horloge, la plus ancienne de Paris.

La Fontaine Olivier
Une superbe fontaine offerte par le mécène Hyppolite Olivier dans le quartier de Saint-Cyprien commémore les dramatiques inondations de juin 1875.